chapitre dix neuvième.

2.8K 257 20

Pdv Eden.

Un silence glacial a suivi après sa réplique qui m'a coupé le souffle. Il a glissé derrière le volant avant de reprendre la route. Ce n'était peut-être pas ce qu'il voulait faire mais un véhicule derrière le nôtre semblait être pressé. Le feu ayant viré au vert, nous étions en tord.

Il a serré un peu plus fort ses mains contre le cuir et bientôt ses phalanges étaient devenues blanches. Personne ne peut nier qu'il était réellement en colère et énervé à ce moment là. Et, c'est peut-être aussi à cause de ça que je n'ai pas osé revenir sur le sujet afin de me défendre un minimum.

La boule au ventre, j'ai tourné la tête vers le paysage qui défilait devant mes yeux. Qui aurait pensé que j'allais arrivé dans une histoire aussi déroutante que celle ci. Entrer dans la vie de Harry n'était peut-être pas une si bonne idée qu'elle paraissait malheureusement. Harry semble être un ange de l'extérieur. Il a tout pour me plaire physiquement, brun, les yeux verts, assez grand mais pas trop. Mais en s'aventurant dans sa tête et en prenant le risque de m'y perdre j'ai découvert qu'il n'est plus si beau qu'il en a réellement l'air. Même si, il fait comme si il était une personne normale, le chaos règne à l'intérieur de lui. Je n'ai passé que quelques jours en sa compagnie, mais ils m'ont suffit pour pouvoir percer le secret de ce personnage curieux au nom de Harry.

J'aime penser que Harry peut devenir meilleur. Non pas pour les personnes autour mais pour lui même. Qu'il ne se voit plus comme un danger public comme il a déjà eu l'occasion de me dire. Qu'il prend courage et confiance en lui, qu'il prenne sa vie en main. Et j'aimerai de tout mon cœur être spectatrice de ça. Car, après tout je serai la plus heureuse de voir que Harry soit heureux lui aussi.

Revenons à nos moutons, car la 'transformation' en un gentil et Harry tout doux est bien loin encore. Une petite musique joue en fond, il a allumé la radio et je ne m'en suis même pas rendue compte. Bien trop occupé à observer les champs qui me passent sous le nez. Et, en écoutant plus attentivement je l'entends chantonner. C'est la même mélodie que le son qui passe. Une tonalité plus grave néanmoins. J'apprécie le moment même si j’éprouve encore de la rancœur envers lui.

Et même si je lui en veux il sait que je ne peux pas lui faire la tête bien longtemps. Et c'est ça qui m'énerve. Il me connaît mieux que je ne me connais moi même. Cette phrase n'a aucun sens ! Mais ce n'est que la stricte vérité !

La voiture perd de la vitesse et bientôt, je reconnais l'endroit. Il freine doucement avant que le véhicule ne s'immobilise complètement. Je reste là, sans même bouger les yeux écarquillés. Qu'est-ce qui lui prend tout à coup ? Je n'ose même pas le regarder, j'attends juste qu'il parle ou qu'il fasse quelque chose pour montrer que ce n'est pas seulement sa respiration que j'entends mais aussi sa propre présence, son propre corps qui est présent avec moi.

« Descend. »

Et si c'est possible, j'écarquille encore plus les yeux. Je lève la tête vers lui mais Harry ne me regarde pas. Il fixe durement la route devant lui, prêt à partir d'une seconde à l'autre. Choquée, je n'arrive même pas à sortir une phrase ou même faire un geste.

« Bon, tu vas mettre combien de temps à descendre de cette putain de bagnole ? »

Je frissonne en entendant sa voix coupante et dure. J'ouvre la portière et le coffre s'ouvre.

« Prend ta valise. Dépêche toi allez ! »

Il crache alors que je m'aventure vers l'arrière de l'auto j'y prends ma valise comme il me l'a si bien demandé. Mais je reviens très vite devant la vitre, baissée du côté conducteur. Il semble perplexe et toujours dans les nuages. Ailleurs. Je claque des doigts devant son visage mais le regrette très vite, son regard n'a jamais été aussi noir que cette fois là.

« H...Harry, merci. »

J'essaye de lui offrir un semblant de sourire, mais je ne sais pas vraiment si ça a rendu comme je le voulais. Il a tourné une nouvelle fois le visage vers la route. Une porte à claquée violemment et j'entendais déjà mon père hurler mon prénom. Mais, rien au monde aurait pu me faire lever la tête. J'étais bien trop occupé à étudier Harry. Il était fascinant. Comment quelqu'un comme lui peut avoir autant de facettes différentes ? C'est la question. La question qui me laisse sans voix. Je n'arrive pas y répondre. Même pas un brouillon d'idée m'est venu en tête pour trouver la solution. Rien.

J'entendais les pas de mon père dans l'allée de cailloux et bientôt il va être à ma hauteur. Donc en conséquent celle de Harry aussi. Le bouclé a soufflé sachant très bien que ce moment allait prendre fin dans les secondes à venir.

« Je t'aime mon ange. »

Je n'ai même pas pu lui répondre qu'il a appuyé comme un taré sur la pédale d'accélération. Et alors que j'allais crier son prénom mon bras a été tiré vers l'arrière et je me suis retrouvé nez à nez avec mon père. Il avait l'air furieux. Très furieux mais aussi terriblement inquiet. C'est compréhensif après tout.

Alors que je me demandais quelle punition j'allais avoir sa main est venue frapper rapidement ma joue. Je ne l'ai pas vu arriver et ma tête a penché vers le côté. Très vite, celle-ci fut en feu, je vous laisse deviner la couleur rosâtre qui devait émaner de cette dernière. Mais après cet excès de violence il m'a prit dans ses bras et ma serré très fort.

« Putain Eden. Ne me fait plus jamais ça. Ma fille, ma petite fille. »

Des larmes coulent sur mon visage mais ce ne sont pas les miennes. Mon père pleure ma disparition. Mes parents avaient toujours été trop protecteurs et se faisaient un sang d'encre quand je rentrais cinq minutes après l'heure ordonnée. Ils sont comment dire.. trop sur leur fille.

Mais ce n'est pas la claque ni même les larmes qui m'ont le plus choqué dans l'histoire. C'est le 'je t'aime' de Harry qui résonne dans ma tête avant qu'il ne s'est enfuit tel un voleur. Je m'en veux. Je m'en veux tellement de ne pas avoir pu lui répondre...

Ne pas avoir pu lui répondre que... moi aussi je l'aime.

Stamped.Lisez cette histoire GRATUITEMENT !