Chapitre 1

6.3K 440 37

- Taisez-vous !
Taisez-vous ! répéta une nouvelle fois le prof de math.
Dans la classe, un brouhaha incessant ne faisait qu'augmenter , si bien que personne ne s'entendait plus parler.
- Silence !
Personne ne prêtait attention au prof où alors personne ne l'entendait ...

Au dernier rang au fond de la classe, Hanna, souriait. Cette situation l'amusait, l'épuisait et l'énervait toujours autant.
A côté d'elle, David, son voisin de table dormait toujours malgré ce bruit infernal. Seul le retentissement de la sonnerie avait le pouvoir de réveiller, ce "somnifère vivant" . C'était vraiment, disons ... intrigant.
Hanna et David s'entendaient bien, mais pas assez pour qu'ils se considèrent comme des amis. En tout cas, c'était ce que ressentaient Hanna.

Plus personne ne s'écoutait, ou plutôt, plus personne ne s'entendait ...

Mais Hanna, 17 ans, continuait de sourire. Hanna Elder. Cette fille discrète au fond de la classe qui ne parle jamais, et à qui on ne parle jamais ; cette fille banale et presque invisible, dont on ne sait rien, qui préfère être seule que mal accompagnée.
Elle, elle entend tout.
Tout.
Maria, demandant si quelqu'un avait vu sa pièce de 2€ qui était tombée quelques secondes plus tôt, les deux blondes qui parlaient de leurs derniers achats vestimentaires, les quelques personnes qui riaient et se moquaient du prof, dépassé par les événements, les plaisanteries de très mauvais goût de Logan, les soupirs de son amie Louisa, les exclamations d'Angela, l'intello .

Hanna n'écoutait pas ; et pourtant, elle entendait.
Le moindre petit chuchotement, le moindre petit bruit.
Elle l'entendait.

Elle leva la tête en direction du tableau noir. Elle aperçut alors la pièce de 2€, entre le sac d'une des deux blondes et le pied de M. Gilmard.

Il restait exactement 31 minutes de cours. Hanna, mit toutes ses affaires en vrac dans son sac en cuir d'une marque aux prix exorbitants, se dirigea vers la porte et l'ouvrit.

Tout le monde se tut et la dévisagea.

Avant de sortir, elle dit d'une petite voix pleine d'assurance :
- Bonne fin d'après-midi , Monsieur.
Elle lança un regard à Louisa, puis un de ses fameux regards noires à Carter et sortit .

Carter. Et dire que c'était à cause de lui.
En plein cours, Carter avait mis de la musique et avait dansé. C'était ce qui avait déclenché ce bazar total. Franchement, quel boulet ce mec ! Hanna n'a jamais pu s'entendre avec lui à cause de son air narcissique et arrogant.

Lorsque Hanna fut dans le couloirs, elle n'entendait toujours aucun bruit provenant de la salle de classe.

Elle était là pour bosser. Et pas pour attendre que le temps passe, assise à ne rien à faire. Il valait mieux partir.
"Je préfère m'ennuyer chez moi" pensa-t-elle.
Elle s'enfonça dans le couloirs peu éclairé, avec un sourire en coin.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Elle se réveilla. Ce n'était qu'un rêve. Juste un petit rêve banal en apparences, et pourtant, elle l'avait tant apprécié. Non, pas parce qu'il était extraordinaire ou passionnant, loin de là ; mais il représentait tout ce qu'elle aimerait être au quotidien. Une Hanna, confiante, sûre d'elle, qui choisit ce qu'elle veut faire. Partir au milieu d'un cours inintéressant, faire ses propres choix, suivre son propre chemin. Aucune barrière, aucune limite. Partir un sourire en coin. S'évader. Vivre.

Elle entendit une vibration, se leva, ses pieds nus rencontrèrent aussitôt la fraîcheur du sol. Un frisson lui parcourra le corps. Elle ouvrit doucement la porte de sa chambre, comme si il était primordial de faire le moins de bruit possible. En baillant, elle se dirigea vers le petit salon du studio où se trouvait son vieux sac en toile défraîchi. Elle farfouilla quelques secondes à l'intérieur et trouva enfin l'origine de cette courte vibration : son téléphone. Elle savait que toute personne normalement constituée n'aurait jamais pu entendre ce bruit, enfoui profondément dans un sac de cours. Mais, comme la voix de son rêve disait : "Elle, elle entendait tout." Et en l'occurrence, ici c'était un message de Louisa, qui demandait si il y avait des devoirs en physique.

"Il est plus d'une heure du mat' et elle a toujours pas faits ses exos ! Elle est pas croyable ! Et demain, elle sera d'humeur massacrante parce qu'elle aura pas assez dormi."

Après lui avoir répondu qu'il y avait effectivement, 3 exercices à faire pour demain, elle retourna dans la chaleur très appréciée de ses couvertures et pria pour, de nouveau, faire un de ces rêves qu'elle aimerait tant voir devenir réalité.

5 sensLisez cette histoire GRATUITEMENT !