Il est neuf heures et demies quand je me réveille, avec un élan surhumain, je me lève, me dirige dans la salle de bains, je me déshabille et saute dans la douche, me lave le corps et les cheveux. Une quinzaine de minutes après, je sors enroulé dans une serviette et une autre dans mes cheveux, je sors de la salle de bains et cours jusqu'à mon dressing, je me sèche le corps, laisse tomber ma serviette me retrouve donc nus dans ce grand dressing, je prend des sous-vêtements que je met directement, puis j'enfile des collants à poids, une jupe haute rouge foncé qui m'arrive mis cuisse, un haut marinière a manche longue blanc cassé et le même rouge foncé que la jupe, puis j'enfile des chaussettes qui m'arrive un peu plus haut que les genoux parce que mon collant est transparent. Je retourne dans la salle de bains, je me sèche les cheveux puis les attaches avec une pince, je m'hydrate la peau, met une BBCream puis je trace un trait d'eye-liner sur chaqu'une de mes paupière, applique plusieurs couche de mascara, du rouge à lèvre bordeau sur mes lèvres, je vaporise un peu de parfum derrière mes oreilles et sur mes poignets, j'enlève la pince dans mes cheveux, coiffe mes cheveux et les laisse détachés. Je retourne dans mon dressing, je prends à la main une paire de bottines compensé noires, attrape mon sac Longchamps gris, je mets mon portable, mon porte-monnaie, la boîte a lunette de mes lunettes de soleil et le nécessaire pour une fille. Je sors de ma chambre, prends mon bonnet et mon manteau qui est posé sur la chaise de mon bureau puis sur mon meuble qui se trouve à côté de mon lit, je prends mon collier. Je vais dans le salon posé mes affaires sur le canapé. Je remonte les escaliers pour voir si je n'ai rien oublié avant de partir dans Londres, sauf que j'entends des pleures, Dulcie, je me precipite dans sa chambre, j'allume la lumière et la vois pleuré.
-Hey princesse, qu'es qu'il se passe ?

Je la prends dans mes bras, essaye de la calmer comme je peux, je sors de sa chambre et descends dans la cuisine, j'essaye de lui préparer un biberon tout en essayant de la calmer.
-Tu vas réveiller ton père Dulcie...
-C'est déjà fait. Dit une voix rauque.

Je sursaute et me retourne, vois Jamie.
-Désolé, j'essaye de la calmer, mais je n'y arrive pas très bien. Dis-je en rougissant.
-Donne-la-moi. Dit-il en baillant.

Je lui donne Dulcie, qui s'arrête progressivement de pleurer en étant dans les bras de son père.
-J'ai vu que tes affaires étaient sur le canapé, tu voulais aller quelque part ?
-Et bien oui, je compté aller dans Londres acheter un petit-déjeuner.
-Ah, tu as besoin de ma voiture ? Me demande Jamie en berçant sa fille qui se rendormait.
-Oula non, je... Euh, j'ai mon permis, mais je pense que je vais avoir du mal à rouler à gauche. Répondis-je en rigolant.
-Ah oui c'est vrai. Dit-il en rigolant. Tu veux que je t'accompagne ou que je t'appelle un Taxi ?
-Je vais m'appeler un taxi ne t'inquiète pas. Dis-je en rougissant.
-Si je m'inquiète un peu, je ne voudrais pas que ma petite française se perde dans Londres.

Je sens mes joues devenir de feu quand il a dit que j'étais SA petite française. Je vais dans le salon, récupère dans mon sac mon portable, compose le numéro des taxis, demande un taxi, la personne a l'autre bout du file me répond qu'un taxi sera devant chez Jamie dans une dizaine de minutes. En attendant, je demande à Jamie comment c'est passer sa soirée, il me raconte que c'était bien, qu'il y avait beaucoup de paparazzi, de caméra et de fan surtout. On parlait quand on entend au loin un Klaxon.
-Bon, j'y vais, à tout à l'heure. Dis-je en souriant.
-À tout à l'heure, je te fais confiance sur le petit-déjeuner. Dit-il en rigolant.

Je souris, mets mes chaussures, mon manteau, prend mon sac, sors de la maison et marche jusqu'au portail, je passe par le portique, monte dans le Taxi et demande au chauffeur de m'emmener devant n'importe qu'elle Starbucks de Londres.
-Pas de problème ma petite dame ! Me répond gentiment le chauffeur.

Puis il se met en toute vers cette grande ville.

~

Le chauffeur se gare devant un Starbucks Coffee, je le remercie, le paye et sort du véhicule pour rentrer dans le Café. Je vais prendre pour Jamie un café Caramel Macchiato en taille normale avec un muffin chocolat noisette et pour moi un Chocolat Viennois classic taille normale aussi avec muffin au Myrtille.
Quand c'est à mon tour de passer, je commande et donne nos deux prénoms puis je récupère mes boissons
-Émilie ? Émilie Dumeli? De Paris ? Dit une voix calme, grave mais surtout française.

Je me retourne choquer que quelqu'un me connaisse, un grand blond avec des lunettes de soleil.
-Euh...Oui? On se connaît ? Demandais-je réticente.
-Tu ne te souviens pas de moi ? C'est moi Anthony ? On était ensemble en primaire. Dit-il en souriant et enlevant ses lunettes, j'ouvre les yeux choqué.
-Oh mon dieu Anthony, oui ! Je le pris dans mes bras. Wouah, tu as changé, je ne t'avais pas reconnu.
-Toi aussi tu as changer mais tu as toujours le même visage. C'est incroyable qu'es que tu fais ici ? Me demande-t-il tout excité.
-Je suis jeune fille au pair pour un homme et sa fille.
-Ah ok, olala quand je pense que j'ai retrouvé ma meilleure amie d'enfance, on était tout le temps fourré partout tous les deux.
-Et après tu es parti à Londres. Dis-je tristement. J'ai eu du mal à m'en remettre, j'ai eu très peu d'amis, car pour moi, tu allais revenir et que tout aller être comme avant.
-Désolé, je t'avais promis en plus. Mais maintenant que tu es là, je ne te quitte plus !
Dit-il en rigolant. On pourrait se faire un ciné ce Week-end!
-Oui, pourquoi pas ! Tu n'as pas un numéro de téléphone, pour qu'on puisse se dire où et quand ?
-Oui attend. Il prend une serviette Starbucks et écrit un numéro dessus qu'il me donne ensuite. Voilà, on s'appelle demain ?
-Ouais pas de souci.
-Chéri, tu viens ? Demande une petite brune à Anthony en lui tenant la main, elle me lance un regard noir.
-Bébé, je te présente ma meilleure amie d'enfance Émilie et Émilie, je te présente ma copine, Ashley. Elle se détend.
-Enchantée, excuse moi de t'avoir mal "jugé" je pensais que tu voulais Anthony.
-De même, et non, il a toujours était le grand frère que je n'ai jamais eu. Dis-je en souriant. Bon, j'espère vous revoir vite, pour le cinéma, je dois y aller.

Je leur fais la bise, appel de la main un taxi, lui donne l'adresse de Jamie. On y arrive une vingtaine de minutes après, je paye le chauffeur et sors de la voiture, j'appuie sur l'interphone.
-Oui qui est-ce ? Me demande la voix grave dans l'interphone.
-La livreuse de petit-déjeuner. Dis-je en rigolant.

Je l'entends rigoler et le portillon s'ouvre, j'entre et referme derrière moi, je marche dans la grande allée jusqu'à la maison de Jamie. Arrivée à la porte, je toque et il vient m'ouvrir. Il se décale pour me laisser entré puis referme la porte derrière moi.
-Tu n'as pas la clé de la maison ? Me demande Jamie.
-Bah non-pourquoi ? Répondis-je en posant les cafés et les muffins sur la table à manger de la cuisine.
-Je t'en ferais un double.
-Euh... Merci. Dis-je en rougissant.

Il passe derrière moi, passe ses mains autour de mes hanches et pose sa tête sur mon épaule, je sens mes joues s'enflammer. Pourquoi il est si ... Tactile avec moi ?!
-Alors qu'es que tu nous as pris de bon ? Me demande Jamie.
-P-Pour t-toi un café C-caramel Macchiato et ... Et un muffin chocolat noisette. Dis-je en bégayant.
-Mmh, j'ai jamais goûté ça peut être bon, c'est lequel le mien ?
-C-Celui où ton prénom est écrit.
-Ok, merci. Dit-il en souriant.

Il se détache de moi, mon cœur bat extrêmement vite, Jamie a un effet incroyable sur mon corps, et puis j'ai une certaine sensation que je ne connais pas. Je prends mon gobelet et mon muffin, me dirige vers le salon, mais son bras me retient et me ramène vers lui, je suis collé à son torse.
-Qu'es que tu me fais Emily ? Me demande-t-il en murmurant.
-Qu-Quoi? Dis-je en rougissant.

Son visage se rapproche du mien, je sens son souffle chaud qui assèche mes lèvres, je me mords la lèvre du bas et il se rapproche encore un peu, mon cœur bat très rapidement, et je me sens toute chaude du visage, nos nez se touchent, nos lèvres sont à quelque centimètre l'une de l'autre. Quand un cri strident nous interpelle, Dulcie.

The Jamie Sitter {TERMINÉ}Lisez cette histoire GRATUITEMENT !