Note aux lecteurs : Il n'y a pas trop d'action dans ce chapitre, les suivants seront plus intéressants. Il est quand même important à lire car des choses importantes sont dites.

J'ouvre les yeux, légèrement perdue. Un vombrissement assourdissant me rappelle que je me trouve dans la voiture. Je m'étire longuement puis tourne la tête. Paige regarde le petit bout de ficelle qu'elle a dans les mains. Depuis qu'on est sortis de la maison, elle ne l'a pas lâché, elle y tiens comme la prunelle de ses yeux. Je crois que devoir quitter la maison l'a complètement bouleversée. Après tout, elle n'a que 7 ans, et tout ça, c'est de ma faute. Je la regarde, remplie de remords, et tourne la tête vers le devant de la voiture. Alex regarde droit devant. Je devine que je l'ai déçu, et qu'il est peiné que je parte. Mais au fond, il n'a pas à me juger. Il a tout réussi, lui. Lorsque je suis arrivée au collège, mes notes tournaient autour de 18. Lui, il n'avait que des 11 et des 12. Pourtant, maman le félicitait. Moi, rien. Puis lorsque mes notes ont basculé, les siennes ont monté et pendant qu'elle l'acclamait, elle m'engueulait. Ca a toujours été le préféré, hein. Je ne peux pas m'empêcher de lui en vouloir alors que je suis sûre qu'elle ne le faisait pas exprès. Ensuite, tout a été de ma faute. J'ai tout raté. Mon brevet, mes examens d'entrée ... Et je vais finir ici en pensionnat, avec cette pauvre Paige, parce que sois-disant mon caractère pouvait déteindre sur elle.

"On est arrivés, les enfants ! Déclare ma mère d'une voix un peu trop enthousiaste.

- Génial, dis-je d'une voix ironique.

- Allez, on se presse, on va finir en retard ! S'écrie elle en ouvrant la porte avant de la voiture.

On descend tous de la voiture, en trainant les pieds. Alex ne m'adresse même pas un regard. Paige, elle, serre son bout de ficelle dans sa main et saisis sa petite valise rouge. Je prends mes deux énormes sacs et les dépose sur le sol. Je fouille dans ma poche, dans le but d'attraper mon téléphone. TÉLÉPHONE ? Je vide mes poches, rien. Je commence à paniquer.

- Noon, pas possible ! Ou est mon téléphone ?

- Oh, tu peux bien t'en passer de toute façon ! Clame ma mère, râleuse.

J'entrouve la portière de la voiture et aperçoit... mon téléphone ! Je m'en empare rapidement et pousse un soupir de soulagement. Je ferme la voiture. On s'avance donc, on franchit le portail de l'établissement et arrive dans un immense espace de verdure. J'aperçois deux garçons marcher, en uniforme noir. Je suis doublement choquée. Premièrement, parce qu'ils portent des uniformes et deuxièmement parce que maman m'avait dit que le pensionnat était uniquement composé de filles.
Avoue que les garçons ne te gênent pas, souffle mon subconscient. J'ignore ce commentaire et poursuis mon chemin.

- Pourquoi y'a-t-il des garçons ? Maman, t'avais dit qu'il y en aurait pas ! Pas question qu'Hope fréquente encore des racailles ! S'exlame Alex.

- Eh, tu vas pas décider de ce qui est bien pour moi ou pas, Ok ? Et je fréquente qui je veux, c'est ma vie il me semble !

- Stop ! Stoop ! Hurle ma mère, ça suffit ! Alex, mêle toi de toi, d'accord ?

Je regarde ma mère tout à coup, un peu surprise. D'habitude, c'est toujours moi qui prends tous les reproches. Alex équarquille les yeux mais se tait. On voit quelques panneaux indiquant "Bâtiment A", "Bâtiment B", "Self" ... Maman décide de prendre un chemin qui mène au bâtiment A, qu'on peut aperçevoir au bout, derrière les arbres. Je la suis, suivie de Paige, sa valise rouge, et Alex. On arrive devant le bâtiment A, on entre dans une vaste pièce meublée simplement d'un somptueux bureau. Deux secrétaires bavardent tranquillement puis l'une d'elle laisse apparaître un soupir discret avant de se planter devant nous en affichant un sourire hypocrite.

- Bonjour, commence ma mère, nous venons pour notre...

- Oh vous devez être Madame Lewis ! Bienvenue à Sunnybank ! Pas besoin de vous expliquer, nous sommes au courant de votre venue. Marc, l'hôtelier, va vous prendre en charge. C'est une sorte de majordome, si vous voulez, s'écrie la secrétaire.

- Ah, euh, et bien merci,réponds ma mère, hésitante.

Aussitôt, l'hôtelier arrive et nous salue. Il nous fait une petite visite du bâtiment A où se trouve les bureaux de la principale, du CPE, de la principale adjointe. Il y a aussi l'infirmerie, la salle de musique, les salles d'SVT, de techno, de physique-chimie. Il nous montre ensuite le self, le bâtiment B où se trouve les salles de français, de philosophie, d'économie, et de langues. Après, il nous montre le bâtiment C avec l'école pour les enfants, leur salle de jeu et leur petite cantine. La cafétéria, l'amphithéatre et la salle commune au milieu du campus et enfin le minuscule bâtiment D un peu plus à l'écart avec les salles de mathématiques seulement. Après cette longue visite, il nous montre brièvement les internats filles/garçons/enfants avant de nous quitter. Pour être honnête, le pensionnat est vraiment majestueux. Il est beau, vaste, paisible. Mais je ne parviens pas à l'aimer. Quitter ma maison me fait vraiment mal au coeur. Nous nous retrouvons donc tous à la frontière de l'établissement, viens le moment des "Au revoir". Paige est étrangement calme, elle fait juste un bisou à Alex et enlace maman. Moi, je n'adresse aucun regard à Alex. Je lui lançe simplement un "Au revoir" sec et froid. Maman, à ma grande surprise, me serre fort dans ses bras et une larme roule sur sa joue qu'elle s'empresse d'essuyer.

- Prends soin de toi et ta soeur... déclare-t-elle d'une voix brisée.

- Ne t'inquiète pas, maman... A la semaine prochaine, mh ? dis-je.

Paige et moi les regardons s'éloigner, monter dans la voiture et partir. Lorsque je me tourne vers Paige, elle est assise par terre, essuyant ses larmes d'un revers de la main.

- Paige ! Ne... Ne pleures pas ! m'exlamé-je.

- Je n'veux pas rester sans maman... dit-elle innocemment.

- Pourquoi tu pleures maintenant mon coeur ? Tu n'as pas pleuré avant pourtant... déclaré-je.

- Je voulais pas pleurer devant maman, susurre-t-elle en reniflant.

Elle m'impressionneras toujours, ma petite soeur. Je la soulève et la porte dans mes bras, marchant vers les internats.

- Ou sont nos sacs ? demande-t-elle.

- Marc les a emmenés dans nos chambres.

- Tu dormiras avec moi, hein ? s'assure-t-elle, inquiète.

- Ehm, sûrement que... hm, en faisant semblant de tousser pour combler le tout.

On ouvre la grande entrée commune aux internats et on arrive devant le bureau d'une secrétaire (Eh,oui,encore!), occupée à se vernir les ongles en fluo. Elle m'aperçoit et sans même un regard pointe un couloir profond.

- Pour ma petite soeur, j'aimerais savoir où est... commençé-je.

À nouveau, elle pointe un autre couloir à l'opposé. Très sympathique l'accueil. Elle relève ensuite la tête et crie :

- MAAAAARC ?

Aussitôt, Marc accours dans la pièce, alerté. La secrétaire désigne Paige et moi de l'index tout en le vernissant d'un rose fluo éclatant. Affreusement laid, s'écrie mon subconcient. Marc soupire et lançe un "Veuillez me suivre", devenu si habituel à ses yeux.

La suite plus tard, j'espère que ce chapitre vous a plu, laissez un commentaire ! Merci !

Bad Teacher [EN PAUSE]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !