Chapitre 2

13.9K 902 218

Vidéo explicative
du chapitre à la fin,
bonne lecture
💜

Le meilleur moyen de semer les bloggeuses et les commérages du Lycée de Sainte Adriane est de se rendre dans son désert,
Le CDI.

Je vous assure que franchir les portiques de la bibliothèque est comme cavalez des Etats-Unis au Mexique :
Les sirènes se taisent à la frontière et vous redevenez libre.

Cette liberté se traduisait pour moi par être loins des blablas qui m'ont suivit du préau à la cantine et de la cantine à mes dernieres heures de la journée en cour d'SVT.

Je récupère le souffle que j'ai perdu en slalomant dans les couloirs et je saisie six étagères plus loin, La Princesse de Clève.

Mme Révo sort de la salle des archives avec le dynamisme d'une gymnaste olympique.
Ses grandes lunettes rouges, ses cheveux très courts, son corps menu et sa marinière ravivent en couleurs l'élégance d'un film des années cinquante.

Elle se touche la poitrine et bat des cils en récupérant le livre qui m'est imposé pour le devoir trimestriel de Lettre.

Malgré sa gestuelle de bon présage, je lui demande quand même si je peux bénéficier d'un délai d'emprunt plus long pour lire le livre.
L'anniversaire de Samantha approche et aussi puéril que cela puisse paraître, le titre ne m'emballe pas et je crois que je ne vais pas le dévorer :

Je me sens plus bourgeoise révolutionnaire que noble,
plus famille monoparentale que femme mariée,
plus Mulan que Cendrillon, alors quand je vois des fanfreluches sur la couverture et le mot princesse ...

Mme Révo m'accorde 2 semaines supplémentaires et me tend le livre avec le regard "vous-allez-ado-rer".

Je range rapidement mes affaires et je me dirige vers la sortie secondaire du Lycée.
Il n'est pas question que je prenne le bus scolaire sinon les gyrophares qui m'ont poussée à me réfugier à la bibliothèques me rattraperaient.

Ce fichu arrêt de bus est à Tokyo et je regrette de porter des talons.

Au moins, il a le mérite d'avoir un banc et un abri non taggué de " Wesh " ou de " Je tm biatch ".

Deux orteils brisés plus tard,
Je m'assoie enfin et profite de l'attente pour repenser à l'événement que j'ai refoulé toute la journée.

Pfff,
il doit déjà avoir un hashtag spécial sur Twitter tellement que ce lycée transforme tout en breaking news !

Je revois sa carrure me surplomber, mes yeux fuyant les siens...
Comme si j'étais trop près du soleil.

"Trops près du soleil? Sérieusement ? Il est beau mais quoi? Tu oses démocratiser Icare pour un gamin perturbé et intrusif maintenant? Si quelque chose t'aveugle ma grande, c'est son inconvenance! "

Ma conscience n'a part tort de s'indigner. Tout comme elle, je déteste avoir un penchant de gamine férue de Fanfiction.
Je me suis toujours refusée d'être comme ces filles qui se dévaluent par rapport à un mec sous prétexte qu'il soit populaire et bien foutu.

Si des critères physiques suffisent pour s'oublier, autant me crever les yeux. Je refuse de penser que l'âme n'a pas sa grande part d'importance !

En même temps,
comment nier le fossé qui nous sépare et expliquer son geste sans tomber dans l'irréalisme ?

Surtout que je doute que la gentillesse et la loyauté que me reconnaissent mes amis soient des arguments qui pèsent sur sa balance.

Il n'y a qu'a se faire un stroboscope de ses ex-copines pour s'en convaincre !

Les Roses de DanëlLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant