Chapitre 43 : Loan

122 18 0
                                    


💦🔥🌪🌿

Erine décolle du sol. Une sensation étrange parcourt tout son être. Une pression exercée sur sa poitrine l'empêche d'inspirer ou de crier. L'espace d'une seconde, elle sent ses membres s'étirer, la douleur est fulgurante et terrible. Elle est privée de ses sens, comme si elle venait d'être catapultée dans le néant. Et puis, elle s'écrase contre le terre dure et caillouteuse. La chute est pénible. Elle n'a pas le temps d'appréhender la douleur que lui procure le choc. Enveloppée par un amas de fumée rouge, elle se roule en boule sur elle-même. La chaleur est intense, lui donnant l'impression que sa peau s'assèche et se craquèle. Des particules ardentes s'immiscent dans sa bouche et dans sa gorge. Elle se consume de l'intérieur. Gémissante, elle subit. Elle presse ses mains contre ses oreilles, le bruit est assourdissant, le sol tremble, les cailloux sautillent tout autour d'elle.

Elle a l'impression de demeurer ainsi pendant des heures et quand la chaleur se fait moins intense, ses muscles tétanisés refusent de lui obéir. Il lui semble entendre une voix hurler son prénom. Elle ouvre les yeux, mais tout est flou. Ses pupilles sont asséchées et le moindre battement de cil est pénible. Elle inspire, mais s'étouffe, l'air est asphyxiant.

Encore cette voix qui hurle son prénom.

Elle roule à plat ventre et c'est en essayant de prendre appuie sur ses avant-bras qu'elle ressent une douleur lancinante. Elle gémit.

— Erine !

Une bourdonnement interne couvre encore la voix, pourtant cette fois, elle reconnaît qu'elle l'a déjà entendu.

Elle crache, puis tousse sans pouvoir déglutir. Dans le brouillard, ses yeux discernent une silhouette, une paire de bottes qui accourt dans sa direction. La personne fond sur elle sans cesser de dire son nom. Des mains fermes l'empoignent par les épaules et la force à se redresser. Tel un pantin, elle se laisse asseoir.

— Tu m'entends, Erine ?

Elle manque de tomber à la renverse, mais l'homme la retient. Il passe une main sur son visage, ses doigts sont humides, des gouttelettes en jaillissent. Elle ferme les yeux une seconde, tout est encore trop flou. Quand elle les rouvre, elle reconnaît le visage en face du sien. Elric est là et c'est lui l'empêche de sombrer totalement dans le noir. Elle n'arrive pas à lui demander, ni même à se demander pourquoi il est là. Hagarde, elle l'observe. En voulant inspirer, elle s'étouffe. Basculant le côté, elle crache, vomi même, elle se sent partir, ayant l'impression qu'un poison coule dans ses veines, endolorit et raidit ses muscles. Le monde vacille, ses paupières deviennent lourdes, mais Elric l'empêche de sombrer. Il l'assoit, prend son menton entre ses doigts, se risque même à tapoter sur sa joue.

— Reste avec moi, Erine, d'accord, reste avec moi.

Elle opine, un sanglot reste coincé dans sa gorge.

— J'ai mal, pleure-t-elle.

Elle ne sait pas ce que ça fait quand on est en train de mourir, mais elle est certaine que ça s'apparente à ce qu'elle ressent à ce moment précis. Le cœur au bord des lèvres, elle gémit. Elric écarte ses mains et les place de chaque côté de son visage, alors une douce brise, fraîche, enroule sa tête. L'air pénètre sa bouche entrouverte et son demi-frère lui indique de respirer lentement. Une inspiration, une expiration. Doucement, elle renoue avec ses sens.

— C'est bien, l'encourage son frère. Vas-y, respire, encore.

Ses dents s'entrechoquent, mais elle sent que les battements de son cœur s'apaisent. Elle est persuadée que son esprit embrumé lui joue des tours, pourtant, elle est presque sûre de voir Elric lui sourire, fier et soulagé en même temps.

Le jeune homme relâche l'élément et elle arrive désormais à respirer seule, Erine n'apprécie pas l'odeur de brûlé qui les entoure. Elle pose ses yeux sur le sol cramoisi autour d'elle. Puis, ses iris se portent un peu plus haut, derrière Elric où des soldats de Ligue progressent et où se tient leur père. Le Capitaine observe derrière elle. Prenant doucement conscience du chaos qui l'encercle et malgré la douleur lancinante de son bras et son genoux, Erine essaye de se relever. Elric commence à l'entraîner à l'écart quand tout à coup, elle se fige.

Loan.

Erine fait volte face et découvre une scène de désolation. Toute la zone est carbonisée, les roches ont été pulvérisées, il ne reste rien à part de la fumée rouge et un cratère noir.

— Loan ! appelle Erine.

Elle crie sans même entendre le son de sa propre voix. Son cœur s'emballe, cogne dans sa poitrine. Déjà essoufflée et ignorant la douleur, elle fait un pas en direction de l'auréole fumante. Elric enlace sa taille et la tire en arrière.

— Loan !

Elle hurle et se débat. Elle gesticule dans tous les sens alors que son frère refuse de la relâcher.

— Erine, s'il te plait, arrête ! la supplie-t-il.

Elle fouille toute la zone du regard, désespérée, à l'affût de la moindre forme. Mais il n'y a rien, strictement rien, plus même un rocher. Elle s'égosille. Son bras la lance, mais elle ne peut se résoudre.

Ton son être se craquèle. Elle sent ses jambes flageoler, elle est sur le point de s'affaler quand une silhouette se matérialise devant elle. Elle tend une main en direction de la masse, mais Elric la tire en arrière en ménagement. La jeune femme porte ses yeux sur le masque noir qui cache le visage de l'homme telles des petites écailles s'accrochant les unes aux autres. L'individu les contemple, Erine sent son regard transperçant la détailler et puis ses iris noirs s'arrêtent à hauteur de sa poitrine. Elle y porte sa main et y trouve le pendentif offert par Loan. Elle le serre fort entre ses petits doigts. Un rictus soulève la lèvres de l'homme. Et puis, Erine entend le cliquetis de plusieurs pistolets et sens les éléments s'élever. Les soldats du Double EE les encerclent, braquant leurs armes sur cet inconnu, ce qui semble étirer encore plus son sourire. Il jette un œil au Capitaine Malcombe, le gratifie d'un signe de la main et disparaît.

Là, Erine est plus que jamais frappé par le vide et la réalité. Ses forces l'abandonnent définitivement, elle s'alanguit contre Elric.

— Loan, bredouille-t-elle. 

💦🔥🌪🌿

...


Le Cristal Pur ~ Tome 1 ~ TERMINÉOù les histoires vivent. Découvrez maintenant