Zayn et moi eurent l'un des réveils des plus brutal qui puisse exister. On dormait profondément quand on frappa à la porte. On frappa, oui. Je me demandais même si la personne de l'autre côté de la porte ne voulait pas la détruire tellement les coups étaient forts et rapides. Voulant arrêter ce vacarme le plus rapidement possible, je me précipita à la porte. Je fus largement surprise en ouvrant celle-ci.

- Harry ? m'étonnais-je, bouche-bée.

Il me fixa, me regardant de haut en bas.

- Est-ce que je peux entrer ? a-t-il demandé après m'avoir longuement regardée.

- Est-ce que je peux savoir pourquoi tu viens me sortir de mon lit un samedi matin ?

- Un samedi matin ? Il est quinze heures !

Quinze heures ? Je manquais vraiment de sommeil. Que Zayn dorme autant de temps ne m'étonne pas, il a toujours été capable de dormir beaucoup plus longtemps que les autres. Mais moi, je pensais avoir trouvé un rythme ces derniers temps, j'ai tout de même dormi 14 heures cette nuit !

- Peu importe, qu'est-ce que tu fais là ? criais-je.

- Il fallait que je te parle et tu n'as pas répondu à mes messages.

Il prend un air triste ce qui me met mal à l'aise. C'est vrai que je n'ai pas répondu à ces derniers messages, mais ce n'est tout de même pas une raison pour débarquer ici.

Je n'ai pas le temps de lui répondre que Zayn s'est glissé à côté de moi.

- Mec, tu comptais fracasser la porte ou quoi ? lance Zayn, à peine réveillé, à Harry.

- Je comprends mieux pourquoi tu ne me répondais pas, répond Harry.

Harry scrute Zayn. Zayn qui n'est vêtu que d'un caleçon. Evidemment puisqu'il se réveille. Je sais ce que doit s'imaginer Harry, mais je n'ai ni la motivation ni l'envie de lui expliquer que ce n'est que Zayn. Il n'a d'ailleurs pas besoin de le savoir.

- Tu devrais y aller Harry. Je t'enverrais un message.

Harry me regarda d'un air indigné, avant de planter ses yeux dans ceux de Zayn et de se retourner. Je sais qu'il est énervé. Je l'ai vu à la contraction de sa mâchoire. Je n'ose même pas imaginer ce qu'il pense en ce moment.

Je referme la porte après qu'Harry ait complètement disparu de mon champ de vision. Quand je me retourne, Zayn est déjà dans son lit, enroulé dans sa couette en ne laissant dépasser que sa tête.

- C'était qui lui ? demanda Zayn visiblement inquiet.

- Un ami de ma colocataire.

- Juste ça, tu es sûre ? J'ai eu l'impression que vous vous connaissiez un peu plus que ce que tu as l'air de dire.

Il fait semblant de se rendormir et de ne pas porter un très grand intérêt à la conversation. Mais il pose toute de même beaucoup de questions.

- On est une bande, on passe du temps ensemble, c'est tout.

- Si tu le dis, ajoute-t-il. Mais si il te fait chier, n'hésite, je me ferais un plaisir de lui casser la gueule.

- Il n'est pas si dur qu'il en a l'air. Arrête de me parler de lui maintenant, il ne compte pas. Puis il est partit.

Je ne peux pas m'empêcher de m'en vouloir intérieurement d'avoir dit qu'Harry ne comptait pas. Parce que malgré tout, Harry compte. Zayn ouvre un œil et me déroche l'un de ses sourires à la capacité de tout effacer.

- Les douches sont au bout du couloir, dépêche-toi d'y aller, lui lançais-je tout en lui balançant un coussin à la figure.

- Ne joue pas à ça avec moi ou tu risques de le regretter.

C'est comme ça qu'à commencer l'interminable bataille d'oreillers entre Zayn et moi. Evidemment, j'en ai eu tellement marre de me prendre des oreillers en pleine face que j'ai fini par lui implorer d'arrêter ; ce qu'il a fait.

Zayn est finalement parti prendre sa douche et j'en ai profité pour regarder mon portable. J'avais trois nouveaux messages dont deux d'Harry :

*Ce n'est pas en arrêtant de répondre à mes messages que tu oublieras ce qui s'est passé.*

* Puisque tu ne réponds pas, je serais chez toi dans 15 minutes.*

A quo il joue ? Il me fait tout un discours dans lequel il me dit que je dois m'éloigner de lui et pourtant, quand c'est ce que je fais, il fait tout pour me revoir.
L'autre message était de mon père :

*Quand est-ce que mon lama est disponible pour voir son vieux père ? Appelle-moi je t'aime !*

J'ai tellement hâte de revoir mon père, j'espère qu'il sera disponible aux prochaines vacances. Ah oui, ce surnom est seulement le souvenir d'un incroyable voyage en Australie, quand j'avais quatorze ans. C'est l'un des meilleurs souvenirs que j'ai avec mon père. C'était génial.

Je réponds à mon père que je l'appellerais dès que j'aurais un peu plus de temps pour parler. Je lui dis dans mon message que Zayn est en ce moment avec moi à Seattle. Mon père a toujours adoré Zayn, d'ailleurs il l'a emmené avec nous une semaine à Paris l'été dernier. On s'était vraiment amusés tous les trois. Mon père a toujours tout fait pour me faire plaisir.

Zayn et moi avons pris le bus pour aller dans le centre-ville. La première chose que l'on a fait est d'aller manger japonais dans la première avenue. On était l'un comme l'autre affamé, On s'est littéralement gavés. J'ai tellement mangé que j'ai cru que j'allais tout revomir. Se gaver de sushis à 17h de l'après-midi est typiquement le genre de choses que l'on peut faire avec Zayn.

Après-midi avec Zayn oblige, il fallait qu'on trouve un moyen de faire quelque chose d'illégal. Après avoir fait plusieurs magasins, on a choisi un magasin de disques et nous sommes donnés une heure pour en voler le plus possible chacun. J'ai gagné.

On se promenait au Waterfront Park quand j'ai reçu un appel d'Odel.

- Allô ?

- Prud, c'est Odel.

- Ca va ? demandais-je inquiète.

Je ne pensais pas avoir de ses nouvelles, elle est censée être en weekend avec Diego.

- Oui. Avec Diego on a préféré rentrer ce soir sur Seattle, il y a une énorme soirée à la fraternité, on ne pouvait pas rater ça ! Bref, je sais que ton ami Zayn est là alors je me disais que vous pourriez venir vous aussi, se serait l'occasion pour nous de le rencontrer. Qu'est-ce que tu en penses ?

Zayn et moi n'avons rien prévu pour ce soir et je crois que Zayn pourrait s'entendre avec le groupe. Se serait l'occasion de sortir. Je jette un regard à Zayn qui me lance un sourire amical.

- Je peux te rappeler, je vois avec Zayn et je te redis ?

- Ok, j'espère que vous viendrez, à plus, a-t-elle ajouté.

J'ai finalement fait part de la proposition d'Odel à Zayn. Il semblait plutôt emballé. Zayn a toujours aimé sortir. J'ai envoyé un message à Odel pour lui dire qu'il faudrait venir nous chercher à l'appartement dès qu'ils pourront. Mon fidèle compagnon et moi avons pris le bus pour rentrer à l'appartement.

Sachant qu'Odel venait nous chercher vers 21 heures et qu'il nous restait donc moins d'une demi-heure pour nous préparer, je me suis empressée d'enfiler une robe sympa tout en aidant Zayn a choisir la chemise qui lui allait le mieux.

J'ai opté pour une robe noir et des lita shoes assorties. Quant à Zayn, il mit un pantalon noir accompagné d'une chemise en jeans. J'ai toujours trouvé que le jean lui allait à merveille.

Pendant que nous descendions les marches de la résidence pour rejoindre la voiture d'Odel, je ne pouvais m'empêcher de me demander si Harry serait là ce soir, et à comment il réagirait si c'est le cas.

AgainLisez cette histoire GRATUITEMENT !