Vendredi. On est vendredi et demain matin, Zayn sera là avec moi. Je suis tellement contente. Surtout après cette semaine chargée d'examens. Il est de toute évidence la meilleure personne qui m'aidera à décompresser.

Il ne m'a pas répondu depuis ce matin et je ne sais même pas à quelle heure il doit arriver demain. Il est toujours si spontané. Je l'aime d'autant plus pour ça.

*La semaine est finie. Tu viens chez Niall ce soir ?*

C'est la première fois qu'Harry me renvoie un message depuis lundi. Je ne sais toujours pas plus où j'en suis mais l'idée d'aller faire un tour à la fraternité me tente assez après cette semaine accablante.

*Je ne sais pas, je dois rentrer tôt si je viens.*

Je sais que je pourrais y aller d'autant plus en sachant que Diego n'y sera pas. Il est parti en weekend avec Odel.

*Je viens te chercher vers 21h ? Tu seras rentrée à minuit c'est promis.*

Je ne sais pas à quelle heure Zayn doit arriver demain matin, il ne m'a pas dit l'heure. Je suis fatiguée et je ne suis pas sûre que revoir Harry dès maintenant soit une très bonne idée.

*Non merci, je préfère rester tranquille, je suis fatiguée. Bonne soirée.*

* Tu ne vas pas rester seule un vendredi soir ?*

*Et tu ne pourras pas m'éviter éternellement.*

Je n'ai pas envie de lui répondre, je sais que ça ne se fait pas et qu'il a raison mais pour le moment, j'ai le choix et je préfère ne pas le voir.
Je m'apprête à me mettre dans mon lit pour regarder Harry Potter quand je reçois un message, de Zayn cette fois-ci.

*On met combien de temps de l'aéroport à ta piaule ?*

*Tu aurais pu répondre à mes messages, ton avion atterit à quelle heure demain.*

* Un quart d'heure ? Très bien alors je serais devant ta porte dans un quart d'heure.*

Quoi ? Ce doit être une de ces nombreuses blagues qui ne font rire que lui.

*Tu es toujours aussi mauvais en matière de blague. Alors, quelle heure demain ? *

*Je peux avoir le numéro de chambre ?*

Est-ce qu'il est vraiment à Seattle ?

*Numéro 37.*

Zayn ne m'a pas menti. Dix minutes après l'envoie de mon dernier message, on frappa à la porte. Je me précipita pour ouvrir la porte.

Le visage de Zayn après ces semaines de séparation m'a parut merveilleux. Quand je l'ai vu, j'ai réalisé à quel point il m'avait manqué. Son sourire d'une blancheur extrême m'avait manqué. Son regard charmant m'avait manqué. Sa façon de mâcher son chewing-gum à la fraise m'avait manqué.

Son gros sac était posé à côté de lui alors qu'il me regardait, les bras ballants. Après un moment à le regarder, profitant du fait qu'enfin il soit là, il ouvrit ses bras pour me faire signe de m'approcher. Il voulait probablement que je l'enlace comme nous le faisions pour nous dire bonjour avant. Mais le voir me faisait tellement de bien que je ne puis me retenir de, littéralement, lui sauter dans les bras, entrelaçant mes jambes et mes bras autour de lui.
Son parfum aussi m'avait manqué.

Il prolongea ce moment en me serrant d'autant plus fort. Après quelques minutes, il me reposa au sol.

- On dirait que tu as eu beaucoup de mal à te passer de moi, a-t-il lancé me délibérant l'un de ses sourires si chaleureux.

- Oh arrête ça et rentre.

Il attrapa son sac avant d'entrer dans la chambre.

- Pourquoi tu ne m'as pas prévenu que tu serais là ce soir ? demandais-je.

- Parce que c'est comme ça, c'était pas prévu. Et parce que je sais à quel point tu aimes les surprises.

Il me serre une nouvelle fois dans ces bras. Il me serre si fort que je me demande si il va me lâcher. Avec n'importe qui, j'aurais interrompu ce câlin, mais c'est Zayn, et je ne peux absolument rien lui refuser. Il m'a tellement manqué. Je n'ose même pas imaginer le moment où il devra repartir. Ses parents ont beau être les plus cools du monde, ils ne le laisseront pas rater des semaines de cours.
Peu importe, je n'ai pour l'instant aucune envie de penser au moment où il repartira, il vient d'arriver.

Il finit par me lâcher. Il ne perdit pas de temps avant de me raconter à quel point le lycée était ennuyant sans moi. Il me donna des nouvelles de tous mes potes de Londres. Étrangement, ce qu'il me disait me paraissait à des années lumières de moi. Il me fit aussi part du fait que ses parents avaient failli faire l'erreur de dire à ma mère qu'il venait me rendre visite. Quelle horreur ! Si ma mère avait su que Zayn venait, elle en aurait probablement fait une crise cardiaque.

Zayn avait beaucoup parlé. C'était d'ailleurs assez surprenant venant de lui, Zayn n'est pas trop du genre bavard. Pourtant, de toute la soirée, il n'avait pas arrêté de parler une seule seconde. Il devait être au moins 1 heures du matin quand je sentais la fatigue -probablement due à mon épuisante semaine- me gagner.

- Est-ce que Prudence Gordon, l'infatigable Gordon, a envie de dormir à seulement une heure du matin un vendredi soir ?

Visiblement, il se moque de moi.

-J'ai eu une semaine chargée, arrête de te foutre de moi. C'est difficile la vie d'une étudiante universitaire, riais-je.

Il rit aux éclats. J'avais presque oublié à quel point son rire est magique. A quel point la musicalité de ce rire était extraordinaire.

- Allons dormir alors, a-t-il lancé.

- Tu es sûr ? Je ne suis pas si fatiguée que ça, lançais-je pour me défendre.

- Non, c'est mieux qu'on aille dormir, on en profitera plus demain.

Je suis contente qu'il comprenne. Mes yeux sont si lourds que j'ai l'impression de ne pas avoir dormi depuis des jours.

- Et puis à en voir la tête affreuse que tu as, il est évident que tu as besoin de sommeil !

Il était clair que Zayn n'aurait pas été Zayn s'il ne s'était pas foutu de moi une seule fois dans la soirée.

- Très drôle ! Ton lit est là-bas, lançais en désignant le lit n'appartement à personne pour ce semestre.

On se changea rapidement avant de se mettre chacun dans notre lit. A peine avais-je éteint la lumière que Zayn me répéta à quel point je lui avais manqué

AgainLisez cette histoire GRATUITEMENT !