- Prudence, réveille-toi !

Putain, on est lundi.

- Prud ?

J'ouvrai les yeux pour voir le visage angélique et rassurant d'Harry.

- C'est bon je vais me lever, lançais-je avant qu'il ne prononce une nouvelle fois mon prénom. Il est quelle heure ?

- Sept heures.

Quoi ? Il n'est que sept heures et il veut déjà me lever, est-ce qu'il s'imagine qu'il me faut deux heures pour me préparer ?

- Laisse-moi dormir encore une heure alors, les cours ne commencent qu'à neuf heures je te rappelle, marmonnais-je avant de refermer mes yeux.

Il semble ne pas vouloir répondre.

- Je sais, lance-t-il finalement me réveillant alors que le sommeil semblait me gagner de nouveau. En fait, je m'étais simplement dit qu'on aurait pu aller prendre un vrai petit-déjeuner tous les deux en ville.

Je suis décidemment trop fatiguée pour témoigner d'un quelconque effort.

- J'ai pas faim.

Le sommeil me regagna immédiatement, laissant Harry seul.

***

Je fus finalement réveillée une heure plus tard par un fond sonore dissimulé dans la chambre, Autumn Leaves d'Ed Sheeran. Je me levai immédiatement et éteignis le réveil qui délivrait cette si belle mélodie avant de chercher Harry dans l'ensemble de l'appartement. Il n'était pas là mais un mot était laissé sur un post-it déposé sur le bar de la cuisine.

*Bonjour,

J'espère que je ne t'ai pas trop dérangée ce matin en te réveillant, je suis désolé. Les croissants sont pour toi et j'ai acheté du jus de fruit, il est dans le frigo. J'avais une course à faire mais je serais là vers huit heures quarante pour t'emmener en cours.

Harry.*

Je m'habillai rapidement avant de manger l'un des deux croissants et de boire un verre de jus de fruit. J'étais prête et mes pensées se mirent à divaguer alors que j'attendais Harry.

Je n'arrive pas à croire que ce qui s'est passé hier soir s'est réellement passé. Je me demande ce que pense Harry de cette situation. Finalement, je suis loin d'avoir trouvé ça désagréable mais putain, qu'est-ce qu'il m'a pris ?
Je me demande si ça lui a plu, après tout je n'avais jamais...enfin je veux dire que pour moi, c'était la première fois. Et si la raison pour laquelle il n'est pas là ce matin est dû à notre faute d'hier soir ? Est-ce qu'il regrette ? Ou peut-être que cela signifie beaucoup pour lui. Est-ce qu'il pense que l'on est ensemble ? Oh putain non, et si il attendait de moi que je devienne une sage petite amie, sa petite amie ? Mais qu'est-ce que j'ai fait ? C'est sûr, maintenant il va penser qu'entre lui et moi, ça devient sérieux. Oh non.
C'est évident, en fait ce matin, il voulait qu'on aille prendre notre petit-déjeuner en ville comme un parfait petit couple posé le ferait.

Il faut que je l'évite, il faut ça pour qu'il sache que ce qui s'est passé hier soir était, j'en suis consciente, très agréable bien que surprenant, mais que ça doit s'arrêter là. Il faut que je lui dise qu'une amitié est la seule chose possible entre nous avant qu'il se fasse des idées.

Je commençais à penser à la façon dont j'allais m'y prendre pour lui faire comprendre les choses alors que j'entendis la porte s'ouvrir. Je n'avais pas le temps de réfléchir, Harry était là, planté devant moi.

PDV HARRY

Elle avait l'air si indifférent ce matin. Est-ce que cela ne signifie rien pour elle ? Est-ce qu'elle regrette ce qu'il s'est passé cette nuit ? Je suis peut-être allé trop loin, peut-être qu'elle s'est sentie obligée et que c'est pour ça qu'elle m'a repoussé ce matin. Elle pense peut-être que ça n'a rien signifié pour moi et que je vais maintenant l'ignorer. Putain, si elle savait à quel point elle me rend fou. Elle a un total pouvoir sur moi et elle ne semble même pas le savoir. Et si elle était partie ? Je vais peut-être retourner à l'appartement pour le trouver vide. Elle sera partie et je serais seul, une nouvelle fois.

Je pris mes clés sur le comptoir du bar, paya mon café et me mis en route pour retrouver, je l'espère, la fille merveilleuse qu'est Prudence. Je montais lentement les marches de l'immeuble, ne voulant pas m'exposer au risque qu'elle soit partie. Je tournai la poignée de la serrure de la porte le plus délicatement avant d'ouvrir celle-ci, la peur de trouver l'appartement vide. Prudence était toujours là.

- Est-ce que ça va ? demandais-je déposant mes clés sur le plan de travail, sans trop regarder Prudence.

Il est difficile de ne pas la regarder, cette fille est magnifique. Et le fait qu'elle ne semble pas en être consciente l'a rend d'autant plus belle.

- Ouais, lance-t-elle sur un ton sec.

Est-ce qu'elle m'en veut ?

- Alors, ces croissants ? questionnais-je.

- Ils sont réellement les meilleurs croissants de l'univers.

J'aurais aimé un sourire de sa part, mais elle n'en a visiblement pas envie.

- Je te l'avais dit, lançais-je. Tu es prête à partir ?

- Ouais.

Elle attrapa son sac et se dirigea vers la porte. Elle me regardait, elle me regardais avec ce regard de biche auquel personne ne pourrait dire non.

- On y va ? demande-t-elle, impatiente.

Visiblement, elle a hâte de s'en aller. Je savais que je n'aurais pas dû, elle regrette. Elle m'en veut et elle me déteste. Putain, je suis vraiment un fucking imbécile. Elle regrette et j'ai tout gâché. Elle ne va plus vouloir me revoir. Elle m'évite déjà. J'en suis sûr. Elle est déçue.

Je récupérai mes clés avant de descendre jusqu'à la voiture. Je me concentrais sur la route jusqu'au campus alors que du coin de l'œil, je voyais Prudence, la tête comme à son habitude collé à la vitre, me fuyant du regard. J'aimerais savoir ce qu'elle pense de ce qu'il s'est passé hier soir. Je voudrais savoir ce qu'elle a dans la tête en ce moment. Je voudrais savoir si elle n'en a réellement rien à foutre ou si c'est encore une de ses façons de montrer qu'elle n'a pas besoin de moi. Je veux savoir ce qu'elle veut pour la suite. Je ne m'attends pas à ce qu'elle me dise qu'elle est amoureuse de moi et qu'elle est très heureuse de ce qu'il se passe. Non. J'aimerais juste qu'elle me dise qu'elle ne regrette rien. J'aimerais savoir si elle m'en veut ou non. Et ce que je voudrais par-dessus tout, c'est un sourire, là maintenant.

Mais son front est toujours collé à la vitre et je suis incapable de sortir un mot.

***

On est arrivé à l'Université et aucun mot n'a été échangé. Prudence ne m'a pas une seule fois regardé dans les yeux. J'en suis persuadé, elle regrette. Elle sortit de la voiture et je fis de même. On s'approchait, marchant l'un à côté de l'autre, vers son bâtiment. Je sais que nous allions chacun aller dans un cours différent mais je ne suis pas prêt à m'éloigner d'elle sans rien dire. Il faut que je dise quelque chose.

- Tu veux que je te ramène à la résidence ce soir ? Ça t'évitera de devoir prendre le bus, demandais-je.

Elle leva la tête vers moi pour la première fois depuis ce qui m'a paru être une éternité.

- J'ai des examens toute la semaine, je vais réviser tard à la bibliothèque, je me débrouillerais pour rentrer.

Elle avait le regard foncé et un air indifférent.

- Comme tu veux.

J'avais à peine finit de répondre qu'elle était déjà entrée dans son bâtiment.

--------------------------------------------
Un peu court, c'est vrai. Je fais ce que je peux.
Merci à ceux qui lisent encore après ma très longue absence.

AgainLisez cette histoire GRATUITEMENT !