NDA: Les paroles en italique c'est quand ils parlent en anglais ( a part la conscience :3)

Aujourd'hui, c'est le grand jour, je dois rencontrer Monsieur Dornan pour parler du contrat en tant que fille au pair. Je remets en place mon pull léger beige, dépoussière mon slim noir qui me fait des jambes fines et longues, alors que je suis de petite taille, mes petites bottes fourrées noires aux pieds, tape nerveusement le sol, je me suis coiffée d'un chignon et maquillée d'un trait d'eye-liner et d'une couche de mascara pour faire ressortir mes yeux bleus-gris, mes lèvres sont au naturel. Mes lunettes à monture ronde, sont posées sur mon nez et de petites perles sont accrochées à mes oreilles.

Assise dans un petit café parisien, pas trop fréquenté comme me l'avait demandé Monsieur Dornan. Je lis mon livre "Orgueil & Préjugés" qu'une amie m'a prêté, mais je n'arrive pas à me concentrer à cause de questions qui me trottent dans la tête : Et si c'était un kidnappeur ? Ou un psychopathe ? Ou une célébrité ? Je rigole silencieusement à cette dernière hypothèse, et puis si s'en était une, je ne l'aurais pas reconnue, je préfère les livres aux films. Un serveur s'avance vers moi pour prendre ma commande, je lui réponds avec un sourire timide que j'attends quelqu'un, mais que je prendrais volontiers quelque chose quand il sera là, le serveur me sourit et part prendre la commande d'un couple qui vient de s'installer.

Un homme plutôt grand, entre dans le café, avec un bonnet, une écharpe qui cache son visage, ne laissant apparaître qu'une paire de lunettes de soleil. Oh mon Dieu ! Il essaye de se cacher, je suis sûre que c'est un psychopathe recherché -ne raconte pas n'importe quoi tu ne le connais même pas!- me dit ma petite voix intérieur. Il reste bloqué devant l'entrée comme s'il cherchait du regard quelqu'un, il finit par s'avancer vers moi en enlevant son bonnet, son écharpe et ses lunettes de soleil, et met le tout dans sa poche de son manteau. Je sens mes joues s'enflammer et baisse les yeux vers mon livre.

-Mademoiselle Dumeli? Demande l'homme avec un accent anglais très prononcé.
-O-Oui? V-Vous êtes Monsieur Dornan? Questionnais-je timidement en me levant.
-Oui. Répondit-il en anglais, il tend sa main que je serre timidement.
-Je suis Emilie. Asseyez-vous, je vous en prie. Dis-je en lui montrant de la main la chaise en face de la mienne.
-Merci. Dit-il en s'asseyant.

Je le dévisage timidement, il a une mâchoire carrée parfaite, avec une barbe de quelques jours, il a de petites lèvres fines, courbées en un petit sourire, ses grands yeux gris me fixent aussi avec intensité, ses sourcils sont légèrement froncés et ses cheveux bruns sont en bataille due à son bonnet. 
Quand je me rends compte que je le zieute avec intensité, je baisse la tête en rougissant, puis reconnecte mes yeux bleu-gris aux siens. Il enlève enfin son manteau et le place sur le dossier de la chaise, il porte un tee-shirt blanc manche courte qui laisse apercevoir des bras musclés, un pantalon noir et quand il est rentré, j'ai vu qu'il portait des chaussures de ville beiges.
Je lève ma main discrètement pour appeler le serveur, qui se manifeste directement.

-Vous désirez ? Demande le jeune serveur.
-Un chocolat chaud, s'il vous plaît. Répondis-je timidement, je n'aime pas le café.
-Du café, s'il vous plaît. Répond à son tour Monsieur Dornan.

Le serveur hoche de la tête, puis se dirige vers l'arrière du comptoir du bar. Je range mon livre dans mon sac. Personne ne parle jusqu'au moment où nos boissons chaudes arrivent.
L'homme en face de moi engage la conversation en me posant des questions sur moi auxquelles je réponds, puis c'est à mon tour de lui poser en retour, il s'appelle donc Jamie, comme il l'avait précisé dans son mail, il a trente-deux ans, il est irlandais, d'où son deuxième accent et il est particulièrement drôle, Monsieur Dornan m'a avoué son métier, à vrai dire, je ne m'y attendais pas tellement, il est acteur et mannequin, je lui réponds franchement que je ne le connais pas et si je venais à travailler pour lui, je ne dirais rien. Il me sourit et entame le sujet du contrat.

-Le contrat, dit que je dois vous héberger, mon ex-femme ayant gardée notre appartement dans Londres, je me suis acheté une maison à la sortie de Londres plus précisément à une vingtaine de minutes de Londres, elle est assez grande pour vous accueillir, mais en ce moment, elle est en fin travaux, je refais l'intérieur, mais j'y habite déjà. Mon divorce n'est pas encore terminé, mais avec mon ex-femme, nous nous sommes mis d'accord pour garder notre fille deux semaines chacun et cette semaine et la semaine d'après elle est avec moi. Il fait une pause, prend une gorgée de son breuvage chaud et continu. Vous sentez-vous prête à quitter Paris pour Londres, vous aurez, évidemment, des jours de congés où vous pourrez, si vous le souhaitez, revenir à Paris.
-Oui, j'ai maintenant vingt-trois ans, il faut bien que je parte du cocon familial, et puis j'ai envie de découvrir une autre ville, et de prouver à ma mère que je peux vivre sans son aide financière, ma mère et moi, sommes très proche ,car je suis orpheline de père, je ne l'ai jamais connu, ma mère étant jeune quand elle m'a eu, il l'a laissé. J'ai la gorge qui se noue. Maintenant, elle est avocate et gagne très bien sa vie, et je ne veux plus être dépendante d'elle. Terminais-je mon ''histoire'' en souriant dans le vide.
-Votre mère est une femme forte. Dit-il en souriant et en portant la tasse à ses lèvres.

On parle encore du contrat, un peu vaguement, car il ne l'a pas avec lui, Jamie m'explique qu'il est très protecteur avec sa fille, Dulcie et qu'il veut le meilleur pour elle, ce qui est compréhensible. Une heure après, il me dit qu'on signera le contrat chez lui. Monsieur Dornan paye nos boissons, alors que je voulais payer, il me dit qu'il n'y a pas de soucis, mais moi ça me met mal à l'aise. On sort du café, il remet son manteau, son bonnet, son écharpe et ses lunettes de soleil, moi, je mets juste mon manteau.
-Bon et bien à mercredi Emilie.
-À mercredi, Monsieur Dornan. Dis-je en souriant timidement.
-Appelles-moi Jamie, et on peut se tutoyer ? Je me sens vieux sinon.. Dit-il en rigolant.
-D'accord, Jamie. Dis-je souriant. Au revoir.

On se sourit et nous partons chacun de notre côté.


The Jamie Sitter {TERMINÉ}Lisez cette histoire GRATUITEMENT !