Chapitre 2

615 77 6

... un grand matou noir qui avançait tranquillement vers moi. Il me disait quelque chose... Je suis sure de l'avoir déjà vu... J'allais lui poser la question quand son odeur me vint. La rivière... Les feuilles... Je l'observai avec méfiance... La FORÊT! Ce chat sentait exactement comme les matous qui s'étaient moqués de moi! Une grande colère bouillonna soudainement dans ma poitrine. Je le foudroyai du regard en feulant.
- Qu'est-ce que tu me veux? Vous voulez encore vous moquer de moi?"
- Non.
- C'est ça! Et puis pourquoi je te parle? De toute façon, vous ne voulez pas m'écouter, je suis une chatte domestique!
- Être domestique n'est qu'un titre. Peu importe de qui viennent les paroles, nous sommes tous des chats à titres différents et nous nous devons de nous écouter les uns les autres.
Je restai bouche bée par ses paroles. Il avait raison! Mais pourtant...
- Comment se fait-il que tu me dises ça alors que tu es un des leurs? Enfin, tu vois ce que je veux dire!
- Oui, j'ai tout vu. Eh bien, il se peut que je porte encore leur odeur. Mais je ne suis pas des leurs. J'ai été banni.
- Banni?
- Oui. Les chats de la forêt sont divisés en quatre clans. Le clan des Montagnes, le clan des Ruisseaux, le clan des Rafales et le clan des Orages, ceux que tu viens de voir. Je faisais partie du clan des Orages. J'étais un guerrier redoutable. Mais un jour, je l'ai rencontré.
- Qui?
- Une chatte au pelage d'or. Fleur Opale, elle s'appelait. Du clan des Montagnes. Nous étions amoureux, sans droit. Un jour, alors que je chassai, je l'ai vue sur la rive. Elle m'a vu aussi. Elle s'est précipitée vers moi et moi vers elle. Puis Plume de Lierre, le lieutenant de l'époque, a surgi des taillis et l'a mordue à la gorge. Elle est morte. Je n'avais rien pu faire, tout s'était passé si rapidement. Aveuglé par la haine, je lui ai sauté dessus et l'ai tué. Voilà pourquoi j'ai été banni.
J'étais absorbée par son récit. Même les larmes étaient montées à mes yeux. Je frémis. Pauvre de lui... Il regardait le ciel d'un air triste. Je m'approchai de lui, et pour changer de sujet, je dis timidement :
- Tu me racontes ta vie et je ne connais même pas ton nom.
Il me regarda droit dans les yeux.
- Je me nommais Cœur de Blizzard, dans mon clan, mais maintenant je me nomme Blizzard.
- Enchantée! Moi c'est Diamond. Je réfléchis un instant. Ce chat me faisait vraiment penser à quelqu'un... Je l'avais déjà vu... J'en étais sure... Je plissai les yeux. Mais oui!
- C'est toi qui vient t'installer sur le grand rocher à chaque pleine lune? lui demandai-je, les yeux illuminés.
- Peut être.
- Je savais que je t'avais vu quelque part!
- Pourquoi cela t'intéresse autant?
- Parce que je rêve de passer une nuit dehors, la pleine lune et...
- Et?
- ...et quand je te vois, assis sur cette pierre, regardant la lune, je te trouve chanceux. Tu as quelque chose que je n'ai pas, et que je n'aurai jamais... La liberté.
- Tu crois que tu ne l'auras jamais?
- Oui, pourquoi...
- Tout est possible, Diamond. Penses-y bien. Pourquoi suis-je venu te parler d'après toi?
J'ouvris de grands yeux. Mais c'est vrai? Pourquoi m'avait-il interpellée?
- Je ne sais pas...
Il émit un petit rire.
- Bon, on se revoit demain! Il se fait tard et je suis fatigué.
- Mais attends! Pourquoi es-tu venu me parler!? Qu'as-tu à me dire?
Il me tourna le dos et commença à disparaître dans les hautes herbes. Juste avant de s'engouffrer complètement, il tourna la tête vers moi et murmura :
- Chaque chose en son temps Diamond, chaque chose en son temps.
Puis il disparut. Je soupirai, exaspérée. Pourquoi était-il si mystérieux? Je rentrai dans ma cour puis grattai à la porte. Mon maître vint m'ouvrir puis je filai directement dans mon lit. Une idée tourbillonnait dans ma tête. Blizzard m'avait dit que tout était possible. Est-ce par rapport à cela qu'il avait voulu me parler? Pouvait-il vraiment me faire libre? Et si oui, à quel prix? Que devrai-je sacrifier pour un tel cadeau?

Espoir de LuneLisez cette histoire GRATUITEMENT !