Préambule

142 2 0
                                                  


Mis à jour au 11 mars 2021 :

D'aussi loin que je me souvienne je me suis toujours senti différent.
Je voyais bien également que le monde autour ne me correspondait pas et vice versa, puis des personnes ont su me faire comprendre que j'étais à part. Ceci à tout âge de ma vie.
Nous y reviendrons par des exemples au long de cet ouvrage.


Cela dit jusqu'à pas longtemps je n'avais jamais réussi à mettre une définition sur mon comportement. 
Je me suis senti dépressif. J'ai même vu des psy, là aussi je voyais que ça me correspondait pas. Ils n'avaient pas les réponses. Pour certains, ce sont eux qui ont même abrégés à la première séance, en effet j'inversais le cours du fleuve, c'est moi qui posait les questions.
Ensuite je suis passé par un stade où je me voyais bipolaire de par mon état changeant d'une seconde à l'autre passant du sourire aux larmes, d'un expansif à un introverti, etc...
Là aussi je savais par une petite voix que ce n'était pas ça.
Et le temps passe on fait avec, on gère comme on peux les situations quand elles surviennent.
Et puis un jour de mars 2020, il y a un an il y a eu ce confinement du à la pandémie de la Covid19.

Il a fallu cet enfermement dans mon enfermement pour que je me pose face à moi même, que j'essaye de trouver des clefs. Alors j'ai commencé à chercher sur internet, je suis allé sur youtube pour visionner des reportages, des documentaires en lien avec mon état. Le miracle des algorithmes a fait que la plateforme a commencé à me proposer des vidéos de témoignages de personnes atteintes du syndrome Asperger. j'ai commencé à en visionner, puis 2, puis un certain nombre,. J'ai continuer à m'informer en cherchant des articles en me connectant à des sites spécialisés, à lire des ouvrages. Je pouvais enfin entrevoir, une éclaircie, oui je dis bien ce mot : Éclaircie, dans le sens ou justement tout prenait sens, les choses se mettait en place.
--------
En réfléchissant aux différentes périodes de ma vie, il y a deux où je me suis senti vraiment à l'aise dans l'époque, sans décalage :
Le service militaire et ma période animateur radio. Les deux d'ailleurs se passaient entre le début et le milieu des années 80.

En y pensant maintenant mais ça reste à creuser plus en détail je pense que les raisons sont :

L'appartenance à un groupe sans distinction de rangs, de classes, on était tous logé à la même enseigne et puis il y avait ce quelques chose que j'ai aussi découvert dernièrement : l'univers de la routine. Ça c'était pour l'armée.

Concernant la période radio, au début des 80's il y a eu la période de la libéralisation de la bande FM avec les radios libres. Déjà féru de musique c'était pour moi devant mon de radio un univers magique qui s'ouvrait.

Et c'est en revenant de ma période militaire, par une connaissance que j'ai pu intégrer cet univers. C'était comme un rêve qui se réalisais, non seulement j'allais pouvoir me projeter dans ma passion, mais je rencontrais un espace où je me sentais en sécurité, là aussi sans jugement ou même les néophytes étaient le bienvenu, on me faisait confiance, je me sentais utile et le fait d'être un personne en décalage passait très bien dans cet univers décalé.

Puisque par la suite et de plus en plus je touchais du doigt que dans un groupe, j'étais " la " personne qui était critiquée, cataloguée par les personnes du cercle, parce qu'elles vous sentent différentes à l'école au secondaire puis en classes de BEP ça avait été le cas également.

Ces mêmes personnes qui vous jugent sans trop savoir, sans chercher à comprendre qui vous êtes vraiment, elles se fient à ce que vous dégagez, vos gestes, vos paroles, vos idées. Puis elles restent sur leurs avis pensant que leur vérité est " là vérité ".

Concernant les personnes atteintes du syndrome d'Asperger ce jugement est faussé.

Pour nous il n'est pas facile de combattre ces idées reçus, de vouloir justifier le pourquoi du comment, ce à quoi il y aurait toujours en réponse un " oui mais ", alors on laisse dire, faire, on s'isole. On a l'habitude.

Galet : d'un p'tiot à un aspie, ma vieLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant