Chapitre 8

532 46 1

Emet! Il se tient la, face à moi, fière de sa blague en plus! Je pousse un soupir de soulagement et le bouscule gentiment:

-mais t'est con ou quoi!??

-oh ça va! Ta eu peur?

-ben oui! Qu'est ce que tu fais la??

-je m'ennuyais, alors je voulais te voir. Il me sourit tellement sincèrement, il est adorable.

-putain me refais plus jamais ça!!

-tu es beaucoup trop sensible!

-non, tu m'a un peu prise par surprise!

-je peux rester?

-oui, tu peux. Je vais faire un truc à manger.

Je fouille le frigo à la recherche de quelque chose a grignoter. Je trouve une pizza et la met a cuire. On s'installe ensuite devant un film (bienvenue a Zombieland). Emet me fais rire, il n'a vraiment pas changé. Mais je m'arrête pas de penser à Liam, et à demain. Et si il disait vrai? Si il avait vraiment l'intention de changer pour moi? Pfff, tu rêve ma pauvre, pourquoi il changerait pour toi? Oh tait toi donc. Après le film, Emet rentre chez lui et je monte me coucher.

*

Il est 10h30 lorsque je me réveille. Mon mal de crâne s'est largement atténué, et je me sens revivre. Je déjeune seule, Ila dort encore. Je m'installe tranquillement devant la télé pour regarder ma série préféré, Les Simpsons, et vers 13h tante Ila descend pour faire à manger. Comme d'habitude, le repas se passe sans un mot, et c'est tant mieux, je n'ai rien a lui dire.

Je me prépare, je met mon jean préféré, qui me fais un cul plutôt jolie, une chemise noire et un gilet beige. Je laisse mes cheveux retomber sur mes épaules, ils sont propres et brillants. Je n'oublie pas mon imperméable cette fois (il pleut, encooore) et je sors.

Liam est super méga beau (comme toujours) il porte un jean et un pull en laine, qui le moule très légèrement. Whaou, il est si sexy, j'en perd mes mots.

-salut. Il me lance un sourire incroyablement sexy, je fond. Je fond!

-hey...

-comment tu vas? Entre. Je le suis dans le salon.

-ça va bien, et toi?

-bien bien. J'ai opté pour Le Seigneur des Anneaux, tu l'a vu?

-non...

-tu n'a vraiment aucune culture cinématographique, c'est très décevant... On va commencer par le 1, d'accord?

-oui, je te fais confiance. Il me sourit de plus belle. Ensuite il va chercher des boissons et du pop-corn, et on s'installe. Sans me laisser le temps de contester, il attrape mes jambes et les poses sur les siennent. Je deviens rouge écarlate, et mon corps s'électrise à ce contact. J'en veux plus, encore. Sa main caresse ma jambe, du haut de ma cuisse a la base de ma cheville. Ce contact est si... Délicieux. Je ne suis absolument pas concentrée sur le film, seulement sur ses doigts, ses mains. Oh mon dieu. Aidez la, on la perd. Vraiment, ça va mal finir!

Tout se passe incroyablement bien. Jusqu'à ce qu'il reçoive un appel.

-allô?

-.........

-hey, salut Pam. Ça va et toi?

-..........

-oh, non... Ce soir je peux pas...

-..........

-oui, c'était super... Moi aussi.

Il rit:

-je t'appelerais demain. Bisous Pam.

-..........

Je retire mes jambes des siennent et les placent sous mon menton. Je rêve? Il vient de régler son prochain coup devant moi?! Alors qu'hier il me disait qu'il me voulait? Quel idiote. Je l'ai cru. Pendant une seconde, je l'ai cru. Il ne changera jamais, il me veut, mais il veut aussi le cul des autres pour passer le temps. Il dit:

-désolé, c'était une amie.

-ah oui, Pamela c'est la blonde, qui est tout le temps accroché a ton bras?

-t'est jalouse??!

-non... C'est juste que, hier tu me dis que je te plais et que tu veux que je te fasse confiance, et la tu lui dit... Laisse tomber.

-oh, Ivy... Je veux que tu me fasse confiance oui, mais...

-mais tu veux continuer a baiser d'autres meufs, le temps que je sois bien entrée dans ton jeu et que moi aussi, je couche avec toi.

-non... Je te veux, toi.

-et le cul des autres

-Ivy! Je suis pas parfait, et mes faiblesses c'est les filles...

-je m'en fou. Je veux juste que tu me laisse tranquille. Si tu n'est pas capable d'arrêter de baiser pour moi, alors laisse moi.

-...

-tu vois? Je le savais. Tout ce que tu m'a dit hier c'était... Je suis tellement conne.

Je me lève avant qu'il puisse dire quelque chose, et je sors vite. Il me faut de l'air, il faut que je m'éloigne de lui. Je croyais que pour lui, ça voulait dire faire une croix sur les autres filles, mais faut croire que non... Je t'avais pas prévenue? Il ne peux pas s'en empêcher, il aime trop les filles pour rester fidèle à une seule. Et maintenant, tu n'a que tes yeux pour pleurer. Pleurer? Je ne pleurerais certainement pas pour lui. Je rentre en furie chez tante Ila et monte directement dans ma chambre. Je m'endors dès que j'ai posée la tête sur l'oreillé.

C'est la faim qui me réveille, à 2h. Je descend prendre un verre de lait et des biscuits. J'entre dans le salon, je sens un courant d'air... La porte d'entrée est ouverte. Je jette un coup d'oeil dans le jardin. Comment c'est possible? Tante Ila la ferme en allant se coucher normalement... Blackie est dans son panier, il n'a même pas aboyé. Je referme la porte à clé et je remonte me coucher, sans toute fois me rendormir.

*

Ce soir, Pamela rentre de soirée. Elle est trop bourré pour rentrer chez elle, et elle sait que Liam habite pas loin. Il va peut être la laisser entrer, même si il lui a dit qu'il n'était pas disponible ce soir. Elle tourne, passe dans une rue. Devant la maison de Max, celle de la nouvelle. Un bruit la fait sursauter derrière elle. Elle n'a pas le temps de crier, le coup lui est fatal. Maintenant, Pamela gît au milieu de la rue, se vidant de son sang.

-merde....

********

Chapitre 8! Laissez com's et likes!

The London KillerLisez cette histoire GRATUITEMENT !