Seconde partie

2.3K 15 1

« - Je pensais pourtant que tu étais mariée...
- Je le suis, mais je n'ai jamais ressenti autant de plaisir...
- Une si belle femme comme toi, négligée par son mari? Il ne te mérite pas...»
Puis d'un seul élan, il se lève et s'enfile en elle. Il la pénètre doucement. Un cri d'excitation sort de ses lèvres pulpeuses. Les plaisirs se font sentir au rythme de ses coups de reins. Andrea sent a quel point elle est humide, ce qui l'excite encore plus. Frénétiquement, le mouvement de son bassin s'accélère. Puis s'arrête violemment, ce qui provoque une réaction chez la jeune femme.
« - Pourquoi?
- Car je veux te faire mourir lentement comme tu me fais mourir, Lucia...
- Nous nous connaissons que depuis quelques heures...
- Et pourtant, je suis fou, depuis la seconde à laquelle je t'ai aperçue, j'ai su que je voulais sentir ta peau, te manger à baisers chaque partie de ton corps, te découvrir... Tu es si sensuelle... »
Il haleta un dernier mot près de son oreille, puis la porta jusqu'à son lit cette fois. Il l'embrassait en marchant. Leurs langues s'entremêlaient, leurs lèvres se complétaient. Il ne pouvait y avoir de passion plus douce que la leur.
Arrivés au lit, il la déposa, puis elle s'agenouilla pendant que lui restait debout face à son lit. Elle n'avait jamais osé offrir ce plaisir coquin à son mari, par peur de passer pour une femme soumise, ou sans respect pour elle-même. Mais elle savait que offrir la chaleur de sa bouche à son partenaire, lui procurerait un plaisir incroyable. Aussitôt dit, aussitôt fait, le jeune homme désirait finir dans ses lèvres sensuelles...
« Tu ne finiras pas dans ma bouche, je te ferai mourir comme tu m'as fait mourir avec ta langue... »
L'initiation à ce genre d'expériences sexuelles en l'espace de quelques heures, d'orgasmes prolongés, augmentés par ce jeu de séduction.
Lucia n'avait jamais osé faire une fellation. Pourtant, elle a adoré. Elle a adoré frotter sa langue contre sa partie intime. Et lui, il a réellement adoré qu'elle le suce frénétiquement.
Elle finit par se mettre à quatre pattes et lui dit:
« - Andrea, fais moi sentir que je suis une femme... Que tu as envie de moi.
- Lucia, tu es mariée... Tout ce qu'on fait est interdit. Je devrais me rhabiller et m'en aller... C'est une passion interdite ce qui vient de nous arriver...
- Ne t'en va pas et ne me fais pas l'amour. Joue avec moi. Dis toi que je suis qu'une femme qui recherche à avoir du plaisir sexuellement.
- Tu mérites pas d'être traitée comme cela...
- J'ai un mari qui me fait l'amour, et c'est devenu monotone. Alors baise moi. »
Elle ne pouvait être plus clair dans ces mots, alors il décida de suivre son ordre.
Il la pénétra par derrière, en jouant avec son clitoris a l'aide de ses doigts d'une main. Avec l'autre main, il lui caressait son sein gauche. Les gémissements de Lucia augmentaient de volume, elle criait son nom, le remerciant de l'avoir écoutée.
Soudain, leurs cris résonnèrent à l'unisson, leurs plaisirs mélangés à un désir d'arriver au septième ciel, ensemble. Les jambes de Lucia se mirent à trembler, elle ne contrôlait plus ses mots, ses gestes, elle se mordait la lèvre et Andrea accélérait ses coups de reins en elle...
L'orgasme si intense les envahit... Puis les deux amants s'effondrèrent sur le lit.
Ce lit sali, par la trahison, par une passion qui ne devait exister. Ce lit, avait été témoin de toutes ces scènes de sexe, qui n'auraient jamais dû avoir lieu.

Appétits charnelsLisez cette histoire GRATUITEMENT !