Le début de la fin.

17 3 4
                                                  

La gazette du Butterbury

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

La gazette du Butterbury

Nous avons appris que Jacques Hugué suspecté de l'enlèvement du jeune Roméo Ladir a été appréhendé devant la maison de sa défunte mère à Burkiel, lieux-dits près de Carmillion, à la suite d'une prise d'otage.

Les sections d'interventions spéciales de la Police ont réussis à neutraliser Hugué d'une balle de sniper dans la cuisse gauche. La vie du suspect n'est pas en danger. Sa blessure a été soigné au CHU de Butterbury.
Le jeune Ladir a été retrouvé dans un état physique épouvantable, il a dû être opéré d'urgence de la mâchoire, du genoux gauche et de l'anus. Il souffre de multiples fractures au visages, d'un traumatisme crânien et de 3 côte fêlées. Sont état psychologique ne nous a pas été communiqué. Il a été soigné au même CHU que son bourreau.

Jacques Hugué, 44 ans, est accusé de kidnapping, torture, viol, est le principal suspect dans l'enquête sur les disparitions qui ont touchées la ville ces dernières années. Les enquêteurs seront à même d'interroger Hugué dans une semaine le temps que sa blessure soit guérie.

La famille Watson a été mise en examen et selon nos sources, serait accusé de complicité avec l'accusé Hugué.

La ville se réjouit du sauvetage de Roméo Ladir mais l'association des familles des disparus de Butterbury s'inquiète du sort de leurs proches et espère que l'interrogatoire d'Hugué répondra à leurs questions. Ils s'attendent au pire, si, comme suspecté, Hugué est bien celui qui les a kidnappé.

« La vérité. Pourquoi ? Comment ? Et où sont-ils ? Voilà ce que nous voulons savoir ! » déclare, anonymement, un des membres de l'association.

Ernest H. Reporter pour la gazette de Butterbury.

Interrogatoire de l'accusé Hugué, accompagné de son avocat, maître Vologrady, par l'inspecteur Morné :

Inspecteur Morné : Pour votre information, cet interrogatoire est enregistré et pourra être utilisé contre vous lors de votre procès.
Maître Vologrady : Passons a l'interrogatoire voulez vous inspecteur ?
Hugué : Ouai qu'on en finisse. Je suis sous médicaments hein. Pour l'enregistrement [Le suspect s'adresse directement à la caméra] je suis sous influences des médicaments.
M : Bien, commençons alors. Monsieur Hugué, vous êtes accusé de viol, torture, coups et blessures volontaire, kidnapping et d'agression homophobe.
H : Homophobe ? Moi ? J'fais que mon devoirs auprès de mon Seigneur. Je devrai être remercier pour ça !
V : Monsieur Hugué s'il vous plaît, attention à vos propos.
H : j'vous l'ai dis je suis sous médicaments hein ! Alors ce que je dis c'est pas forcément de ma faute.
M : Les médecins vous ont déclaré apte à être interrogé, arrêtez votre cinéma.
H : je vous emmerde bande de pêcheurs !
V : Monsieur Hugué !
M : Récapitulons le kidnapping du jeune Roméo. Vous l'avez rencontré où pour la première fois ?
H : Quand j'ai rendu visite au Watson en fin d'année, il était avec la fille des Watson. C'est là que j'ai appris que c'était un suceur de queue !
V : Surveillez votre langage Monsieur Hugué
H : Vous êtes mon avocat ou pas merde ? Vous servez à quoi t'façon ? J'peux bien gérer sa tous seul !
V : Je peux vous laisser vous défendre seul si vous le désirez.
H : M'en bas les couilles faites ce que vous voulez !

[l'avocat Vologrady sort de la salle d'interrogatoire]

H : Enfin on peux parler tranquillement maintenant, continuez Monsieur l'officier.
M : Vous avez rencontré Roméo ce jour là et vous l'avez suivis jusqu'à chez lui.
H : ouai. Même pas pris le précaution de le faire discrètement, je voulais lui foutre les boules !
M : c'est là que vous avez décidé de le kidnapper ? Vous avez fait des repérages ?
H : bien sur, en bon Chrétien j'ai fais le tour de sa maison quand il pensait que j'étais parti, mais vous rodiez dans les parages et je me suis dis d'attendre quelque temps le temps de me le mettre dans la poche. Je savais qu'il allait fêter le nouvel An avec les Watson donc j'ai attendu se jour qu'il rentre pour l'attraper. Il était avec vous au téléphone, j'suis passé par derrière. Il a rien vu le pauvre con ! Il allait s'enfermer dans les chiottes mais je l'ai chopé avant et j'l'ai emmener dans ma tanière. Tellement simple. Il était tellement bourré le pauvre bougre.
M : Et après ?
H : comme je l'ai dis à votre négociateur, j'ai joué avec et je l'ai punis comme le voulait le Seigneur.
M : vous voulez m'en dire plus sur ce que vous lui avez fait ?
H : j'ai déjà tout dis à ton négociateur ! D'ailleurs il m'a bien eu l'enflure !
M : Donc frappé à coup de point dans le visage, barre à mine sur les genoux, viol avec objet dans l'anus, arrachage de dents au burin qui lui brise la mâchoire. Étiez vous prêt à la tuer ?
H : sur le coup non. Je ne tue que quand je sens que le Seigneur le veut.
M : comment ça vous ne « tuer que quand le seigneur le veut » ? Ce n'est pas votre première tentative n'est-ce pas ?
H : J'aurai dû garder ce con d'avocat avec moi !
M : Avez vous commis d'autres crimes similaire allant jusqu'au meurtre ?
H : peut être bien que oui, peut être bien que non.
M : vous pouvez jouer avec moi si vous voulez mais la procureure ne va pas aimer. Si il s'avère que vous êtes derrières ces meurtres et disparitions a Butterbury, vous allez finir sur la chaise.
H : [silence]
M :  vous voulez faire revenir votre avocat ?
H : je peux faire un petit deal avec votre petite proc' ?
M : oui bien sur. Mais il va falloir passer à table. Pour votre information, Madame la Procureure est une femme marié à une autre femme. Faire un deal avec elle va vous couter !
H : [le suspect se lève, tire sur ses menottes, devient rouge, se débat] Pécheur ! Porc ! Salope ! J'vais vous butter ! Tous ! Je parlerai pas à cette salope !
M :  vous pouvez me parler.
H : Tant que vous êtes pas une tantouze, un foutu poivrot, un forniqueur ! Mais sa j'en doute !
M : qu'est ce qui vous fait dire ça ?
H : j'le sens ! Le Seigneur me parle actuellement ! Il me dit qu'il faut vous repentir de vos péchés officier !  Faites le et je vous parle !
M : je ne suis pas croyant.
H : hérétique ! Et voilà ! Je le sentais ! Vous n'êtes qu'un porc ! Des que je sors je m'occupe de toi, ta femme, tes gosses et même tes chiens si t'en a !
M : vous n'êtes pas prêt de sortir d'ici croyez moi.
H : Le Seigneur est avec moi ! Maman m'a toujours dit, je demande, il me répond !
M : Il vous a dit de tuer tous ces autres innocents ?
H : Innocent ? Malik le musulman ? Vanessa la pute ? Marie Madeleine n'était pas une pute elle ! Michael le transmachin ? Un mec ou une fille ? Une lopette oui ! Le Justin écoutant des musiques à caractères pornographique ? Hein ? Polluer nos enfant ? Doliday ? Satanique oui ! T-shirt avec le numéro de la Bête ! A même pas 9 ans ! Que font les parents hein ? Et Abel ! Ah Abel ! Fornicateur. Tromper sa femme est un péché vous savez ! Tous des déchets ! Je vous ai rendu un service Seigneur ! Libérez moi pour que je puisse continuer Votre travail ! Que votre agonie sur la croix ne soit pas en vain ! J'ai encore du travail !
M : vous avouez ces meurtres ?
H : et comment ! Maintenant libérer moi !
M : étiez vous seul pour commettre des crimes ? Avez des complices ?
H : Dieu est mon complice !
M : les Watson ?
H : des porcs aussi ! Le père rachète son péché en m'aidant dans mon œuvre mais ça reste un porc !
[suspect s'agite violemment, intervention de garde pour le maîtriser]

Fin de l'interrogatoire de l'accusé Hugué par l'officier Morné.

Le son des clochesLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant